Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CORINNE MERLE

inspiratrices

Sisyphe, c’est pas pour nous ! 👿👿👿

1 Mai 2022 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Lettre du dernier jour du mois, #Comment Virginie D. a sauvé ma vie...., #Inspiratrices, #Corinne Merle, #Livre, #DIFFUSION

La lettre du dernier jour du mois #40

AVRIL 2022

 

Voilà avril qui tire à sa fin. Le Covid aussi, même s’il est encore présent.

On est avec ma sœur en train de se cocooner, et de s’étonner de croiser encore à notre âge de sacrés connards.

Des qui ont toujours peur d’une maladie. Des qui trouvent que leur vie avec toi ressemble à une vie de vieux !?! Sans doute qu’ils ne supportent plus leur propre âge et qu’ils te rendent responsable de leur vieillissement. D’autres connards qui disent qu’ils ne sont pas épanouis sexuellement avec toi mais ne t’ont jamais demandé si toi tu l’étais avec eux. Des qui ne t’appellent plus mon cœur ou ma chérie ou mon amour depuis trois semaines et qui décident de te plaquer par message téléphonique alors que tu es à l’autre bout du pays…

Mais quel courage ! Mais quelle remise en question !

Alors oui, je sais bien que certains vont dire immédiatement : « Tu t’es posé la question de savoir pourquoi tu croises toujours de tels connards ? »

Ok, on va retrouver le chemin de la psy et recommencer à creuser pour arrêter de se prendre cette pierre sur la gueule, et à chaque fois tout recommencer.

Mais je voudrais te rassurer ma sœur les connards il y en a beaucoup, beaucoup… Et si on tombe souvent sur eux c’est aussi pour des raisons purement mathématiques : ILS SONT TRÈS NOMBREUX !!!

Il y a les extrémistes, ceux qui vont jusqu’au féminicide : le 28 avril une femme a été tué par son compagnon ou son ex. C’est le 41e féminicide depuis le début de l’année 2022.

Il y a le système, c’est aussi le patriarcat qui nous englue tous et toutes.

Et tiens, puisqu’on parle de politique en ce moment, là aussi le patriarcat englue : une seule femme première ministre sous la Ve République, Édith Cresson ! (elle a tenu moins d’une année).

Alors tu vois ma sœur, faut pas que tu te charges trop la barque, faut pas non plus que tu grattes trop tes vieilles cicatrices… Tout n’est pas de ta faute ! Et d’ailleurs qui parle de faute ? Tu es vivante, nous sommes vivantes et nous n’avons plus peur de rien !

Maintenant ce que je te promets, c’est d’être à tes côtés pour faire exploser cette pierre si lourde. Et non ! Cette pierre n’est pas destinée à nous retomber dessus à chaque fois. Sysiphe ? C’est pas pour nous !

Et maintenant, on va reprendre notre vie, on va main dans la main éviter les connards. Parce que ces ruptures sont fatigantes. Que notre énergie est plus longue à faire remonter. Mais rassure-toi elle est bien là l’énergie. ! Puise autour de toi. Sers-toi de nous toutes. Serres-toi avec nous toutes !

Et que vive le nouvel appétit de vie. Cette nouvelle envie de voir, d’entendre, de toucher, de bouger, de produire. Une nouvelle envie d’aventure. Et me plonger dans le bleu Klein

 

 

PS : Putain, putain, c'est vachement triste. ARNO est parti…
 

 ◊  ◊  ◊

Marie Zilberman

Marie Zilberman

RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE ! 

- Raison et sentiments, je t’aime moi non plus
- Orgueil, préjugés et autres obstacles à l’amour
- Northanger Abbey, tasse de thé, château hanté et mansplaining
- Emma, un plaidoyer pour le célibat ?


CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES 

Ces femmes écoutent leur cœur et agissent avec leurs mains. Quelle beauté d’âme ! Des couturières inuit fabriquent des amautiit (manteaux traditionnels inuit faits pour transporter des enfants) pour des familles ukrainiennes.

 

INSPIRATIONS

Une histoire de la danse au XXe siècle, racontée à partir du corps des danseurs. Un panorama éblouissant en trois temps trois mouvements, centrés sur le pied, la nudité et les corps atypiques. Ce premier volet est consacré au pied, l’outil essentiel du danseur.

 

Pionnière, Sonia Delaunay l’a été d’une manière originale et polymorphe, qui fait d’elle, peut-être, la plus attachante des femmes artistes modernistes.



JE LIS PARCE QUE J’AIME ÇA !
 

Circé Madeline Miller (Pocket) 

Mythologie / Nymphe / Mi-mortelle mi-déesse / Femme / Liberté / Sorcière / Merci Florence pour le conseil j’ai adoré +++++

Les femmes qui écrivent vivent dangereusement Laure Adler et Stephan Bollmann (Flammarion)

Portrait de femmes / Catalogue / C’est surtout le titre qui est bien….

Le code de Katharina Jorn Lier Horst (folio POLICIER)

Scandinavie / Amitié policière / Femmes disparues / Un bon policier pour passer le Covid +++

 


 
FÉMINISME 

Pourquoi l’homme préhistorique tire-t-il la femme par les cheveux ? Enfin dans nos représentations… Alors prenons le contre point : non, les femmes préhistoriques ne faisaient pas que balayer la grotte. Un régal de suivre Marylène Patou-Mathis faire sa Masterclasse.
 


ET SINON, LE BOULOT ?

 

Et bien comment dire…c’est parti sur les chapeaux de roues :

Je me prépare pour les nouvelles représentations de Comment Virginie D. a sauvé ma vie.

Et ne venez pas me dire que vous ne pouvez pas venir voir ce spectacle !

AUXERRE, PARIS, AVIGNON 3 occasions de nous croiser !!!

LA SCENE DES QUAIS à Auxerre (89) 25 mai à 20h

THÉÂTRE DES DÉCHARGEURS - 3 rue des Déchargeurs, 75001 Paris

les mardis et mercredis du 31 mai au 22 juin à 21h  RÉSERVEZ ICI !

Les Déchargeurs

Les Déchargeurs

 

THÉÂTRE ARTO - 3 rue du Rateau, 84000 Avignon du 7 au 30 juillet à 15h

Et pour cette nouvelle aventure, je lance une nouvelle campagne de don… Et j’ai besoin de vos soutiens parce que vous le savez sans vous, ça ne marche pas !

Et bien sûr, le don à Come Prod ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Festival Avignon 2022

Festival Avignon 2022

Le livret vous plaît, et j’en suis émue

« profond et créatif, c’est léger et joyeux en même temps! »

 

Sinon, parlons chiffon. Virginie D. aura une nouvelle robe pour cette nouvelle série. Et franchement ce bleu Klein est inspirant. Bravo à Charlotte Henskens pour sa merveilleuse création !

Sisyphe, c’est pas pour nous ! 👿👿👿

Générique 

#ÉdithCresson

#Camus

#Connard

#ARNO

#JaneAusten

#Sonia Delaunay

#Madeline Miller

#LaureAdler

#StephanBollmann

# JornLierHorst

#MarylènePatou-Mathis
# CommentVirginieD.aSauvéMaVie

#déchargeurs

#LesDéchargeurs

#NouvelleScène

#festivalavignon

#avignon

@charlottehenskens_

@takeiteasyhoney.yoga

Lire la suite

Il n’y a que moi qui aime comme je m’habille ! 💃💃💃

31 Janvier 2022 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #DIFFUSION, #Lettre du dernier jour du mois, #Inspiratrices, #Corinne Merle

 

Ce matin me trottait cette phrase… sans doute parce qu’hier j’ai eu un échange vintage !


L’assistante du podologue me dit :
« Oh vous avez un pantalon en velours, ça me rappelle ma jeunesse. On est de la même génération… qu’est-ce qu’on va en apporter ! Surtout des grosses côtes comme ça. »
Je tente de lui glisser que des pantalons comme celui que je porte se trouvent encore dans les commerces au 21em siècle. Elle reprend sur sa lancée : « oh et puis j’adore votre toc ! ».

En rentrant chez moi, marchant comme sur des nuages avec mes nouvelles semelles, je me demandais si elle ne s’était pas un peu moquée de moi. Je me demandais surtout si elle avait réellement eu une pensée émue pour le velours … ou plutôt celle de la punition qui lui était infligée avec ces pantalons alors qu’elle aimait tant les robes à fleurs à volant comme Sissi !
Enfin ma coiffe, Russe, elle a trouvé cela tellement étrange de se mettre ça sur la tête !

Il faut dire que ce n’est pas vraiment à la mode, alors, Madame habillée tout en noir qui travaille tout près de l’Arc de Triomphe, avait du mal à assimiler toutes les pièces du puzzle… C’était tellement drôle ! Tellement vivant comme échange parce que cette femme disait ce qu’elle pensait au fur et à mesure. Cela m’a vraiment fait sourire, et fait plaisir (nous étions bien dans la vraie vie !)  si bien que je me suis un peu emmêlé les pinceaux :  arrivée chez moi je ne trouvais plus ma deuxième paire (de semelles, j’espère que vous vous y retrouvez dans ma malle à vêtements). En riant la dame en noir m’a demandé : vous avez regardé dans la paire de chaussures de ville ? Et moi de m’esclaffer : c’est vrai, je suis bête, elles sont dans les chaussures de ville ! Et bien la dame en noir a eu la délicatesse de me dire que non, je n’étais pas bête, et que c’était Jérôme qui faisait cela !

Souvent les personnes de mon entourage me trouvent trop habillée (l’hiver est froid non ? En tout cas moi j’ai froid.) On trouve que l’été et je suis très décolletée, enfin les hommes dans la rue. Que je porte des couleurs, des vêtements qui parfois ne vont pas ensemble. Mais je m’égare, ce dont je veux parler c’est de mon étonnement sur le fait que les personnes osent me parler me dire des choses sur moi bien sûr, sur mon apparence. Cela m’étonne vraiment car je n’ai pas l’impression de faire la même chose : c’est-à-dire de porter un jugement. 
Par exemple je n’aime pas les pantalons courts, jamais je ne dirais « ton ourlet c’est fait exprès ? Ou bien le noir, tu n’en as pas marre ? »
Sinon, je vais bien, mes cheveux poussent, poussent, c’est bizarre pour une femme de mon âge, non ?
 
Surtout, gardez votre style !
A très bientôt, j’espère en vrai…

Amande Art

Amande Art

◊  ◊  ◊



INSPIRATIONS

Mes inspirations ce mois-ci viennent de la danse et de l’opéra : 

Ce que l’âge apporte à la danse : lâcher prise, plus rien à prouver ni de désir de virtuosité….
René Char : « Le poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves, seules les traces font rêver »


Quand le journaliste pose la question à Netia Jones, qui met en scène "Les Noces de Figaro" à Garnier, pourquoi avoir mis en avant les coulisses ?
Elle répond :
« Ça touche à l'idée de hiérarchie. Moi j'ai le privilège de passer partout à l'opéra, parce que je travaille dans tous les ateliers, les costumes, les décors, le côté technique avec les machinistes… Et il y a toujours une hiérarchie folle dans cette maison (rires). C'est quelque chose que je n'aime pas trop. Je vois des compétences incroyables, mais ce sont des noms qu'on ne voit jamais, ils sont marqués en tout petit dans les programmes de scène. Ce sont pourtant eux qui créent l'opéra. »
Cela me parle et me donne envie d’aller voir cet opéra….

« Ça peut paraître prétentieux, mais l'idée du "Gesamtkunstwerk" allemand, l'œuvre d'art totale, est vraiment cohérente. Mais aussi, je sais comment le faire. J'ai quelques compétences, j'ai beaucoup travaillé, des heures et des heures, mon travail c'est ma vie (rires) ! Je travaille dans une équipe, parce que c'est une équipe qui crée une production, mais l'idée d'avoir une idée homogène, c'est un peu à l'origine l'idée de l'opéra. La tradition de séparer les différents métiers ne date que du 19e siècle. Et puis c'est un peu mon cerveau aussi : j'ai un "short attention span" (un court temps de concentration), et du coup oui, j'aime vraiment le mélange (rires). »

"Les Noces de Figaro" à l'Opéra Garnier, jusqu'au 18 février 2022.  Retransmission en direct le jeudi 3 février 2022 à 19h30 sur france.tv/Culturebox et dans les cinémas UGC, CGR et indépendants. Diffusion sur France Musique le samedi 26 février 2022 à 20h.

 

JE LIS PARCE QUE J’AIME ÇA ! et ce mois a été particulièrement riche…

Ce genre de petites choses Claire Keegan (Sabine Wespieser Editeur)
Bois et charbon / Fille sans père / Filles mères / Irlande / Froid +++++

L’invention de Louvette Gabriella Trujillo (Verticales)
Amérique Centrale/ Jeune fille / Guerre civile / Nounou sorcière / Amoureuses ? +++++

Les grandes oubliées de l’histoire Titou Lecoc (L’iconoclaste)
Pourquoi l’Histoire a effacée les femmes / Pourquoi ? +++++++++++++

Lait et miel rupi kaur (Pocket)
Amour / Rupture / Guérison / Poésie / Dessin / Énorme coup de cœur ++++++++++++++

La maison poussière Valérie Péronnet (La belle étoile)
Montréal / Tempête de glace / Deuil / Fantôme /Violoncelle / Amour +++++

Nouons-nous Emmanuelle Pagano (POL)
Brèves / Monologues /Femmes / Hommes / Amour / Sexe / Quotidien / Début poignant et puis moins ++

Il n’y a que moi qui aime comme je m’habille ! 💃💃💃

FÉMINISME 
 
Je me souviens exactement où j’étais lorsque j’ai appris la mort de 
Marie Trintignant, et cette fulgurance : cela aurait pu être moi.

Faire ce documentaire "m’a apporté de voir Marie rieuse", 
raconte Nadine Trintignant, sa mère, "Je ne l’avais pas vue depuis très longtemps, même en film".

Ce film est beau, juste et beau.

Alice Guy 
 L'inconnue du 7e art. Qui, en dehors des cinéphiles, connaît aujourd’hui Alice Guy (1873-1968) ? Elle fut pourtant la première femme derrière la caméra, et la première réalisatrice et productrice de films de fiction de l’histoire. Raconté à la première personne, ce beau documentaire redonne sa juste place à cette pionnière, dont le nom a été effacé de l’histoire du septième art.
 

 
 

RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE ! 

 
Patti Smith, la poésie du punk
Punk dans l'âme, guitare saturée pointée comme une arme, Patti Smith n'a jamais succombé aux sirènes de la célébrité et continue de déconstruire les codes en convoquant un imaginaire foisonnant teinté de poésie. En cinquante ans de carrière, la prêtresse chamanique a créé sa mythologie sans compromis.
 Un portrait grisant à l’occasion de ses 75 ans.
 

Capture d'écran

Capture d'écran

CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES  

un mélo flamboyant

Lorsque, sur les traces du très en vogue Philippe Djian, Jean-Jacques Beineix réalise 37°2 le matin, c'est toute une génération qui s'embrase pour cette passion déchirante aux faux airs de road movie. Lumières dorées, couleurs saturées du duo - bleu, rose, rouge - tranchant avec la grisaille mesquine des importuns reclus dans des vies étriquées : ce conte noir moderne met simplement en scène la fureur de vivre puis la descente aux enfers d'un duo au romantisme fiévreux, superbement incarné par Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle. Repérée lors d'un casting de rue, l'actrice dévore l'écran, entre sourires carnassiers d'une ingénuité désarmante et irrépressible violence. Un duo auquel répondent, en tendre complicité, Lisa et d'Eddy (Gérard Darmon, étrangement touchant en bon copain festif, fagoté dans des peignoirs trois-quarts satinés). Et si la tequila rapido s'est depuis fait voler la vedette par des rivales plus tendance, l'amour de Zorg et Betty n'a rien perdu de sa vibrante intensité.
 





Pour la première fois, des chercheurs ont identifié avec précision la localisation de la représentation du clitoris dans le cerveau des femmes. Leur étude, publiée ce lundi dans la revue JNeurosci, montre également que l'aire cérébrale mobilisée est plus étendue chez les femmes ayant eu davantage de rapports sexuels. C'est une avancée importante dans la recherche sur le clitoris, selon le docteur Pierre Foldes, chirurgien urologue et inventeur il y a trente ans d'une méthode chirurgicale pour réparer les dommages causés par l'ablation du clitoris (la clitoridectomie). 

 

ET SINON, LE BOULOT ?

Les répétions sont terminées, toute l’équipe part en résidence à Avignon début février pour vous livrer deux créations. La bonne nouvelle c’est que vous pouvez réserver dès aujourd’hui !!!!!

ALZHEIMÈRE & FILS 
12 RdV dimanche au mardi du 27 février au 22 mars à 19h15
RÉSA 
 
POLITICHIEN
16 RdV du mercredi au samedi du 2 au 26 mars à 21h15
RÉSA

DÉCHARGEURS – 3, rue des Déchargeurs – 75001 PARIS
Nous avons hâte de vous recevoir dans ce lieu tellement vivant que sont les Déchargeurs. Vous serez accueilli par une merveilleuse et dynamique équipe, et bien sûr, profitez du Bar de Marie 

Il n’y a que moi qui aime comme je m’habille ! 💃💃💃

#AmandeArt
#NetiaJones

#ClaireKeegan
#GabriellaTrujillo
#TitouLecoc
#rupikaur
#ValériePéronnet
#EmmanuellePagano
#AliceGuy
#PattiSmith
#FrançoisJenny
#LucJenny
#MarineBarbarit
 

Lire la suite

Une enveloppe magique 💌💌💌

31 Décembre 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Lettre du dernier jour du mois, #Collages, #Comment Virginie D. a sauvé ma vie...., #DIFFUSION, #Inspiratrices

La lettre du dernier jour du mois #36

DÉCEMBRE

 

Il y a quelques jours j’ai reçu dans ma boîte aux lettres une grande enveloppe blanche !


Dessus, mon adresse. C’est donc bien pour moi. Et derrière, l’adresse de l’expéditrice écrite à l’encre bleue… Je venais de descendre de chez moi pour aller faire quelques courses. Je l’ai glissée dans mon sac de courses, avec précaution, bien à plat.
 
En attendant à la caisse du supermarché, j’ai été tentée. J’ai sorti l’enveloppe, prête à l’ouvrir, impatiente… Mais je l’ai rangée à nouveau.
Arrivée chez moi, en sortant les oranges et pamplemousses, j’ai encore une fois été tentée de regarder… mais non ! Pas tout de suite. Je l’ai placée sur ma table entre les cartes postales de Georgia O’ Keeffe et Vivian Maier…
Je voulais qu’elle m’attende aussi elle. J’avais envie de faire durer la découverte. Mais, qu’est-ce que protégeait le papier de soie de cette enveloppe blanche ?

Un déjeuner rapide, une sieste, préparation d’un merveilleux thé japonais et me voilà en face d’elle. Je prends le papier de soie et trouve que c’est joliment emballé : une étiquette au centre, un joli papier collant de chaque côté.
Je savoure le soin, la délicatesse du présent puisque je sais maintenant que c’en est un…
Je devine en transparence du papier un beau bleu et je plonge avec délice dans cette eau amie.

 

La houle dans les Calanques ©Sophie Chaffaut

La houle dans les Calanques ©Sophie Chaffaut

Les vagues m’entourent, me bercent, m’entraînent : je me laisse porter...

 
Et puis une carte avec encore une très jolie photo et à nouveau cette écriture à l’encre noire cette fois-ci, et des mots qui me touchent en plein cœur : « merci encore pour ta confiance et ta gentillesse »
Un joli signe qui m’encourage, me réconforte : merci Sophie.
 
Ces liens, tellement importants alors que la crise sanitaire nous impose l’éloignement, ces liens, ces signes, à nous de les savourer…
 

◊  ◊  ◊

 

INSPIRATIONS
 

Anouk Grinberg est actrice. Elle connait son cerveau, elle connait des gens qui font aussi ce métier et quand elle pose des questions sur leur cuisine intérieure, ça cause pour de vrai. Écoutez la parler pour rentrer un peu dans leur cerveau…c’est un magnifique chantier !
 
Et toujours Ariane Mnouchkine et la force du Théâtre du Soleil.

J’ai été très emportée par cette Femme qui danse, c’est avec bonheur que je retrouve Marie-Claude Pietragalla :
« Que l’on soit danseur ou non, notre corps emmagasine les événements de notre vie, voire de notre patrimoine social, familial, culturel. Certaines choses peuvent inconsciemment resurgir à travers une gestuelle, car notre corps communique en permanence avec l’intime. Il ne ment pas. D’ailleurs, il est amusant de constater que certains se définissent en opposition totale avec ce que projette leur corps. »

 

 
JE LIS PARCE QUE J’AIME ÇA !

 
Une femme en contre-jour Gaëlle Josse (Notablia)
Vivian Maier / Expo photo /Vie invisible / France et Amérique / Secrets familiaux / Mais comment faire une œuvre sans presque jamais voir ses productions ? / +++++
 
L’homme de Constantinople JR Dos Santos (Pocket)
Arménie / Migrants / Arts / Argent / Super macho / Grrrrrrr !
 
L’amazone verte Élise Thiébaut (Les Indomptées)
Françoise d’Eaubonne / Écoféminisme / 20èm s / Militante radicale/ ++



FÉMINISME
 
Sandra Muller, à l’origine de #balancetonporc, gagne sa bataille devant la cour d'appel. OUF !!!!


Affaire Hulot : pourquoi n'a-t-on pas cru Ebdo ? L’homme préféré des français…
Le numéro d'Envoyé Spécial consacré aux témoignages de femmes accusant Nicolas Hulot d'agressions sexuelles a suscité un grand intérêt en novembre 2021. Pourtant, une enquête avait révélé des faits similaires en 2018, elle était publiée dans le magazine Ebdo, et n'a pas connu le même succès.
 
 Une série que je vous recommande vivement Mona et ses filles.
𝗡𝗢𝗡𝗔(Miou-Miou) prend la parole :
« Je ne vous parle pas d’en haut, je vous parle d’en bas. Je vous parle d’un endroit où la peur, la responsabilité et la culpabilité s’entremêlent. D’un endroit, où l’on est seule pour affronter les hommes. D’un endroit, où l’on est, ni la maman, ni la putain.
Je vous parle d’un endroit que vous, les hommes, ne connaissez pas. Vous ne connaissez pas la douleur des règles ni celle de l’accouchement ! Vous ne connaissez pas l’injonction d’être mince, d’être belle, d’avaler des pilules pour ne pas avoir d’enfant, d’être épilée, bien habillée, pas trop long, pas trop court, pas trop surtout… Mais pas trop quoi ?
Être une femme, sans être une menace, être une femme en restant à sa place, mais laquelle ?
Celle donnée par les hommes dans un cadre restreint ?
Je vous parle d’un endroit qui n’existe pas. D’un endroit pour lequel je me suis battue : le droit d’avoir ou non des enfants, le droit d’avoir une sexualité libre.
Mais, je suis enceinte à un âge où ça n’arrive plus, je croyais pouvoir baisser la garde, jouir en toute liberté et rompre enfin avec la peur, la responsabilité et la culpabilité. Aujourd’hui, je ne peux pas faire autrement que d’avoir cet enfant. Je dois aller au bout et le mettre au monde. Je ne le connais pas, je ne le voulais pas, mais il vit en moi et commence à me charmer.
Je vous parle aussi de cet endroit, celui de l’ambivalence interdite : aimer ses enfants avant même qu’ils naissent et vouloir garder sa liberté. Allaiter et vouloir retrouver son corps, être mère et regretter sa vie d’avant. Dans cet endroit nous n’avons pas le droit de nous interroger, ni de douter, sans se sentir coupable.
Je vous parle d’un endroit que les hommes ne connaissent pas, c’est certes l’endroit de la peur, mais aussi de la puissance matricielle. Cet endroit, vous pourriez y venir… Vous pourriez avoir la curiosité de voir ce qu’on y voit.
De la liberté, de la sororité, de la solidarité, un endroit où l’on sait ce que c’est que risquer sa vie pour donner la vie. Un endroit où l’on n’est pas une mais plusieurs, un endroit de sédimentation, d’addition, où l’on doit se battre pour les mêmes salaires, les mêmes responsabilités, pour ne pas se faire tuer par un amant qu’on quitte ou un mari jaloux.
Je vais vous dire une chose, messieurs, vous perdrez. Vos avantages, vos privilèges, c’est dur, je vous comprends. Mais ne soyez pas immatures, vous avez été gâtés, et c’est fini.
N’ayez pas peur. Laissez-nous vous aimer comme des hommes et pas comme des enfants…
Cette infime perte pour vous est en réalité une immense avancée vers une société équilibrée où la honte n’aura plus sa place Chaque pas sera une marche vers un peu plus de justice, d’égalité et de fraternité.
Je vous parle d’un endroit que je n’ai pas choisi, celui de mon sexe, c’est ainsi. Je suis née avec ce sexe et je me suis construite volontairement avec l’identité d’une femme, de zéro à soixante-dix ans.
Ce soir, j’aime être cette femme, plus ralentie, plus en retrait, mais pas moins humaine, pas moins mère, pas moins grand-mère, pas moins amoureuse. Je ne sais pas ce que vous faites là, agglutinés en bas de chez moi, à mes pieds. Je ne sais pas à quoi vous serviront vos téléphones, vos caméras, vos papiers. Mais je sais qu’il faut que je parle à toutes, à tous !
Alors courage, tenez ferme la barre. L’horizon est enfin dégagé. Voici permis à nouveau toute audace de la vie en commun !
N’ayez pas peur, faîtes l’amour, faites des enfants ! Ayez de grands rêves. Construisez votre vie, comme vous voulez, soyez libre ! Vous ne serez pas parfaites, vous ne devez pas être parfaites, personne ne l’est. »
[𝗌𝗈𝗎𝗋𝖼𝖾 : 𝖺𝗋𝗍𝖾.𝗍𝗏 - “𝖭𝗈𝗇𝖺 𝖾𝗍 𝗌𝖾𝗌 𝖿𝗂𝗅𝗅𝖾𝗌𝖽𝖾 Valérie Donzelli 𝖾𝗍 𝖢𝗅𝖾́𝗆𝖾𝗇𝖼𝖾 𝖬𝖺𝖽𝖾𝗅𝖾𝗂𝗇𝖾-𝖯𝖾𝗋𝖽𝗋𝗂𝗅𝗅𝖺𝗍]



 

RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !
 
Un texte écrit par la Librairie Violette and Co que je visite souvent…Un texte juste, un bien bel hommage, qui donne envie de mieux connaître bell hooks.

« La grande, très grande bell hooks est morte hier, le 15 décembre... Elle était "poète, autrice, féministe, professeure, critique culturelle et activiste"
Dans sa préface à Ne suis-je pas une femme ? (Cambourakis, coll. Sorcières), Amandine Gay écrit : « bell hooks est une pionnière de la traduction de pratiques émancipatrices dans le monde des idées. En publiant en 1981 Ain't I a Woman (Ne suis-je pas une femme ?), elle entend écrire - et par là institutionaliser - l'histoire des femmes noires, jusque-là systématiquement évacuées de l'Histoire. (...) La force des théoriciennes de l'Afroféminisme états-unien c'est justement d'avoir su partir de leurs expériences de femmes noires pour aboutir à une analyse théorique des interactions entre le racisme systémique, le patriarcat et le capitalisme. Leurs textes, en dépit de leur rigueur scientifique, n'en sont pas moins accessibles, ce qui dans le cas de bell hooks relève d'un effort conscient (...). »
Et Nassira Hedjerassi dans sa préface à De la marge au centre (Cambourakis, éd. Sorcières) : "Le féminisme dont elle se réclame est radical, révolutionnaire. L'enjeu central pour elle, ce ne sont pas de simples changements, des réformes, mais des transformations qui remettent en cause le système patriarcal capitaliste impérialiste suprémaciste blanc, expression qui traduit l'imbrication des systèmes de domination. Il s'agit de penser et de contrer cette intrication à laquelle font face notamment les femmes noires."
Elle citait bell hooks : "Sans nos voix dans des écrits et dans des présentations orales, il n'y aura pas d'articulation de nos préoccupations." (in Teaching to Transgress, traduction française : Apprendre à transgresser))
Six livres de bell hooks ont été traduits en français sur la trentaine publiés en langue originale. Il nous reste ici beaucoup à découvrir d'elle... »

 

Et pour compléter le femmage « Mort de bell hooks, aux racines de l'afroféminisme »

 
 Encore une trop longtemps d'un homme de poids..
. Alma Reville dans l’ombre de Hitch….

 


CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES  : SORORITÉ !!!
 
DEBOUT LES FEMMES avec l’hymne des Femmes revisité par Mathilde
 
Trois beaux clips, une trilogie envoutante de Laughing Seabird
I FEEL FAT   /    VIVRE (NO WAY BACK)   /   THE TRANSFORMATION PLACE
Je vous conseille aussi surtout l’album tout entier


« 
Nous pouvons aimer d’une manière profonde qui transforme le monde politique dans lequel nous vivons » bell hooks


ET SINON, LE BOULOT ?

Si vous vous rendez sur le site de COME PROD vous pourrez vous rendre compte de sa mise à jour, avec notamment l’accompagnement la co-production de deux spectacles camarades et amis de François et Luc Jenny :
Alzheimère & fils
Politichien
 
Et une Virginie D. toujours très en forme….

 

Une enveloppe magique 💌💌💌



Et si le cœur vous en dit, vous avez encore quelques heures pour les dons 2021 (vous pourrez déduire 66 % de votre don de votre impôt 2022 sur le revenu 2021, par exemple votre don de 100 € pour un coût réel de 34€ et une déduction fiscale de 66€)

 
 
Je vous souhaite une très belle fin d’année, douce et voluptueuse.
Je vous prends dans mes bras et vous envoie chaleur et lumière (oui, oui c’est possible)
Je vous souhaite une merveilleuse dernière journée 2021.
Brûlons la !
Et vive 2022 et surtout vive nos liens !!!
 

Corinne



 

Collage décembre 2021

Collage décembre 2021

Générique 
#SophieCft
#ChristinneDelmar
#AnoukGrinberg
#ArianeMnouchkine
#Marie-ClaudePietragalla
#GaëlleJosse
#GeorgiaO’Keeffe
#VivianMaier

#JRDosSantos
#ÉliseThiébaut
#SandraMuller
#balancetonporc
#
𝖭𝗈𝗇𝖺 𝖾𝗍 𝗌𝖾𝗌 𝖿𝗂𝗅𝗅𝖾𝗌
#Valérie Donzelli
#
𝖢𝗅𝖾́𝗆𝖾𝗇𝖼𝖾 𝖬𝖺𝖽𝖾𝗅𝖾𝗂𝗇𝖾-𝖯𝖾𝗋𝖽𝗋𝗂𝗅𝗅𝖺𝗍
#Librairie Violette and Co
# bell hooks
# AlmaReville
#Mathilde
#LaughingSeabird

 

Lire la suite

https://mailchi.mp/997de6a90b2f/lobjectif-daimer-novembre-un-vrai-challenge-8056120

30 Novembre 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Collages, #Lettre du dernier jour du mois, #Inspiratrices

La lettre du dernier jour du mois #35

NOVEMBRE

 

Tu m’as accueillie après toutes ces années sans poser de questions.

Tu étais assise en face de moi. Tu avais ton petit sourire en coin, tu brillais de toutes tes couleurs.
Et j’ai parlé, comme il y a longtemps que je n’avais pas parlé, je me suis livrée (délivrée ? peut-être…) Nous avons ri ensemble et pleuré aussi. Tu ne savais pas le décès du père de mon fils. Je t’ai dit sa peine, la mienne. Tu ne m’as pas dit « pourtant je croyais qu’il t’avait fait souffrir », non, tu m’as juste dit « c’est normal, je comprends ».
Je t’ai raconté mes blessures, mes envies, mon travail…
Ah oui, je t’ai dit aussi mon envie de crucifier un curé aux obsèques si douloureuses. Et toi aussi ça t’a fait marrer. Et pleurer. Et révolter.
On se croise de temps à autre dans nos vies, on se perd de vue, tiens comme dans la chanson et on se retrouve.
Et on se reconnaît, les mêmes : avec notre enfance jamais loin, nos idéaux en bandoulière, nos spectacles à venir et chacune travaillant, travaillant pour ne pas trop approcher notre chaos. Et bien sûr, toujours nos enfants pas loin, leurs animaux aussi ! Je suis heureuse car je sais qu’on a renouvelé notre bail d’amitié pour quelques années.
 
Tu m’as ouvert la porte, alors que, vessie pleine, je ne pouvais plus avancer.
Puis tu m’as offert un verre de vin et nous avons chanté sur Dario Moréno accompagnées de ton amie, une très belle troisième voix, et tu m’as proposée de rester dîner et nous avons partagé les côtelettes. D’ailleurs c’était bien d’être trois, sinon nous nous serions battues pour un os…
 
Et l’autre jour, sans crier gare, au croisement d’une rue, nous nous sommes tombées dessus (et pas dans les bras, la preuve que nous avons bien intégré les postures de protections…). Tu rentrais du marché, longue et auréolée de ta crinière et moi chapeautée pour la saison. Tu es devenue Grand-mère, et tu m’as dit combien mes lettres du dernier jour du mois te plaisaient. Tu les relisais même !
Je crois que mon petit nuage a décollé au moment où tu m’as glissé que leur lecture t’avait beaucoup réconfortée pendant les confinements.
 
Et vous mes si joyeuses voisines qui m’offrez vos bouquets alors que vous partez en Afrique, et toi qui me cède tes livres en me les recommandant ou pas…
 
J’avais décidé d’aimer novembre.
Je l’ai écrit sur ma page du mois je peux dire que ça marche !
Ça marche aussi et surtout parce que vous êtes là. Merci !!!

 

Ce collage, c’était juste avant vos rencontres… mes amies imaginaires….

Ce collage, c’était juste avant vos rencontres… mes amies imaginaires….

   

 

INSPIRATIONS
 
Je commence tout juste cette série de poscast des histoires de vie extraordinaires :  des aventures de femmes et d'hommes hors du commun. Et oh miracle !  On commence par des destins de femmes : Jackie Kennedy, Françoise Gilot, Marie-Antoinette, Golda Meir...

 
JE LIS PARCE QUE J’AIME ÇA !

Réinventer l’amour Mona Chollet (Zones)
Patriarcat / Hétéro / Conditionnement / Plaisir de faire plaisir / Encore un super livre de Mona Chollet où en plus elle se dévoile (un peu) ++++++++
 
Surface Olivier Norek (Pocket)
Policière gueule cassée / Village et visage engloutis / Enfance / Secret / +++
 
Chercher la femme Alice Ferney (Babel)
Transmission dans génération / Amour / Couple / Homme narcissique / Femme déterminée au bonheur / long 703 pages…. +



FÉMINISME
 
Superbe article de Titiou Lecoq, attention on y voit et on y parle des femmes vieilles, c’est-à-dire trop vieilles pour se reproduire, trop pour les hommes avec un petit h …

 
Encore une à faire rentrer au Panthéon en urgence : Paulette Nardal.
Première femme noire étudiante à la Sorbonne et première journaliste noire à Paris. A la fin des années 20, elle reçoit chez elle Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas. C'est Paulette Nardal qui va leur souffler le courant littéraire et politique de la négritude...
Sa famille entretient sa mémoire, son œuvre, sa pensée.
 

 
RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !
 
J’ai une réelle tendresse pour Amélie Nothomb, même si parfois ses livres m’agacent, comme le dernier que j’ai lu : Les Aérostats. Dans cet article j’ai trouvé des réponses à la question que je me pose : Amélie Nothomb mérite-t-elle les critiques qui lui sont adressées ?

Alors l’envie de réécouter sa masterclasse me saisit, et avec elle nous attendons le champagne…

 


CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES  

Elle n’est est pas très gaie, mais que sa lumière est belle.
Et son soleil aussi (attention c’est une chanson de saison portée par trois voix ensorcelantes : les soeurs Boulay et Pomme.
 



ET SINON, LE BOULOT ?

COME PROD est chargée de la production exécutive de deux créations… donc on exécute et on vous en dit plus le mois prochain…


Merci pour vos réactions, à ces lettres. Surtout prenez-bien soin de soin de vous. À très bientôt

Corinne




Générique 
#JackieKennedy
#FrançoiseGilot
#Marie-Antoinette
#GoldaMeir
#MonaChollet
#OlivierNorek
#AliceFerney
#TitouLecoq
#PauletteNardal
#AmélieNothomb
#LesSoeursBoulay
#Pomme


 

Lire la suite

Mon bleu entre les nuages comme un étendard 💙💙💙

1 Septembre 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Comment Virginie D. a sauvé ma vie...., #Corinne Merle, #Lettre du dernier jour du mois, #Inspiratrices

 
 
Je vous écris alors que je suis encore en vacances. 
 

Être en vacances, après le festival d’Avignon ce n’est pas du luxe ! Ou plutôt c’est un vrai luxe que je me suis accordé avec délice… 

J’ai posé mes valises dans le Sud et suis restée clouée ! Alors que j’avais un magnifique projet de robinsonner, impossible de bouger.
 
Je me suis écoutée, et jour après jours je me suis régénérée. Le bonheur du vide après le plein, le délice du relâchement après l’extrême concentration. Et puis la mer, la nage, l’observation des poissons, des roches, des algues. Après cette cité si minérale, l’eau et les arbres, enfin. L’air marin après la chaleur entre les remparts… 

Entendez-moi bien, j’adore faire le festival d’Avignon, d’autant plus que le spectacle était à maturité.
Ce fut une grande joie que de recommencer à travailler, de retrouver le public et de croiser toutes ces personnes si différentes ! 
Cependant j’aime aussi quand tout s’arrête. Plus, ne serait pas supportable… Et j’aime cette coupure : le texte s’éloigne, le tractage s’oublie, l’esprit se vide, le corps récupère. 
Au bout de 15 jours, l’énergie remonte et l’envie de faire revient.
Celle de bouger.
Et celle de revoir les gens… 
Toi par exemple !

Mon bleu entre les nuages comme un étendard 💙💙💙

INSPIRATIONS 

J’ai été chavirée par son dernier ouvrage.
La master classe avec Lola Lafon est vraiment inspirante : "J'ai tout fait pour éviter de devenir écrivaine. Je n'ai pas réussi."
 
Et puis 12 films captivants qui mettent les femmes au premier plan et les clichés K.O


JE LIS 

Toi, ma douce introuvable Sandra Scoppettone (Casterman Fleuve noir)
Policier / Inspectrice Lesbienne / Sœurs triplées / Bof, bof, un peu mou
La horde du ContreVent Alain Damasio (Folio SF)
Contente de voir d’où viennent Les Furtifs (tellement éblouissant !) Et cette perle : « Vivre cette journée comme la première »
En lisant Alain Damasio, je sors de ma zone de confort avec la science-fiction, et de mon projet de lire que des femmes, hé, hé, hé
La faille en toute chose Louise Penny (Babel Noir)
Policier / Québec / Quintuplées / Chien / Flics pourris +++++

FÉMINISME 

Joséphine Baker. ENFIN au Panthéon !!!!!!
Six femmes, seulement, sur un total de 81 personnalités panthéonisées, ça laisse rêveuse, ou ça énerve…
 
Et maintenant nous voulons Gisèle Halimi au Panthéon !!!!
#GisèleHalimiAuPanthéon
 
« Quand vous regardez l'iconographie de la préhistoire, vous vous apercevez que seule l’évolution de l’homme est représentée. Il y a une vingtaine d’années, j’ai fait un livre pour la jeunesse en demandant à ce que la représentation de la grotte de Lascaux montre un homme et une femme peignant la paroi. Je me suis bagarré avec l’illustrateur et, finalement, l’illustration montre l’homme qui peint la paroi et la femme qui pile les pigments… De même, pour mon ouvrage Le Retour de Madame Néandertal, je voulais en couverture une femme de Néandertal dans des habits modernes  je n’ai pas réussi à l’obtenir. 
Ce genre d’anecdotes est très révélateur de ce qu’on appelle l’idéologie intégrée. »

Pascal Picq


 

RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !

Nul besoin de vous dire combien je me reconnais dans les libres paradoxes de Colette !
Pas besoin d’inventer le terme "intersectionnalité".
Louise Michel refusait déjà toutes les dominations, celles des hommes sur les femmes, des riches sur les pauvres, des blancs sur les noirs, des patrons sur les ouvriers, des hommes sur la nature et les animaux.
CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES 

Écouter ces voix….

« Combien d'hommes ai-je entendu dire qu'ils désirent une « femme intelligente » dans leur vie !
Je les encouragerai à y réfléchir...
Les femmes intelligentes prennent des décisions elles-mêmes, elles ont leurs propres désirs et elles mettent des limites.
Tu ne seras jamais le centre de sa vie parce que celle-ci tourne autour d'elle-même. Une femme intelligente ne se laissera pas manipuler ni faire chanter, elle assume des responsabilités.
Les femmes intelligentes remettent en question, analysent, se disputent, ne se contentent pas et avancent. Ces femmes ont eu une vie avant toi et elles savent qu'elles continueront à l'avoir une fois que tu seras parti. Elle prévient, elle ne demande pas de permission.

Ces femmes ne recherchent pas dans le couple un leader à suivre, un papa qui résout la vie, ni un fils à sauver. Elles ne veulent pas te suivre ni marquer le chemin de personne.
Elles veulent marcher à côté de toi.
Elle sait que la vie sans violence est un droit, pas un luxe ni un privilège.
Elles expriment la colère, la tristesse, la joie et la peur de la même façon, parce qu'elles savent que la peur ne les rend pas faibles de la même façon que la colère ne les rend pas masculines. Ces deux émotions et les autres, toutes ensemble, la 
rendent humaine c’est tout.
Une femme intelligente est libre car elle s'est battue pour sa liberté. Elle n’est pas une victime, elle a survécu.
N’essaie pas de l'enchaîner car elle saura comment s'échapper. La femme intelligente sait que sa valeur ne réside pas dans l'apparence de son corps.

Pensez-y deux fois avant de la juger pour son âge, sa taille, son volume ou son comportement sexuel, car c'est de la violence émotionnelle et elle le sait.
Donc avant de dire que tu souhaites une femme intelligente dans ta vie, demande-toi si tu es vraiment prêt à t'intégrer dans la sienne. »
Gabriel Garcia Marquez


 

ET SINON, LE BOULOT ?

Il va falloir y aller,
et j’ai la chanson de Camille en tête
Cette chanson qui m’accompagnait pour monter sur scène d’ailleurs.
« Allez allez allez
à chaque coup de rame
prends la force dans la taille
et dans les talons
Allez allez allons
à chaque coup de pioche
prends la force c’est fastoche

de ma chanson
de ma chanson, allez
Allez, allons, allons.

Allez allez allons
à chaque coup de cloche
prends la force le cri des mioches
et des carillons
Allez
Allez, allons, allons.


Allez allez allez
à chaque coup de balle
prends les confettis du stade
et celle des champions

Allez allez allons
à chaque coup de pioche
prends la force c’est fastoche
de ma chanson
de ma chanson. »
Et oui, allez, on se voit pour de vrai !
Corinne




 
Générique :
#LolaLafon
#SandraScoppettone
#AlainDamasio
# LouisePenny
#JoséphineBaker
#GisèleHalimiAuPanthéon
#PascalPicq
#Colette
#LouiseMichel
# GabrielGarciaMarquez
Désolée, je ne connais pas l'autrice, elle me fait toujours autant rire....

Désolée, je ne connais pas l'autrice, elle me fait toujours autant rire....

Lire la suite

Heureusement que ce n’est pas mon premier festival !

31 Mai 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Comment Virginie D. a sauvé ma vie...., #Corinne Merle, #Inspiratrices

La lettre du dernier jour du mois #29

 

Heureusement que mon spectacle est une nouvelle version de celui de 2019 : présenter une création aurait été compliqué, très périlleux (j’admire beaucoup les personnes qui le font !)

Oui heureusement, car nous n’avons eu qu’un mois et demi depuis la nouvelle : il y aura un festival d’Avignon ! Et même deux puisque In et Off existeront, cohabiteront, comme chaque année, ou presque…
Inutile de vous dire que le rétro-planning est lancé, et qu’il est dense.
 
Dans cette période de préparation intense, je ressens le besoin d’être très centrée : yoga, travail, sommeil. Pas très sexy hein ? Je me retrouve encore en total contre-courant de mes congénères qui courent entre les gouttes pour « se faire une terrasse ». Après l’indigestion de pain fait maison, en voilà une autre, celle de « se faire une terrasse ». Cependant, vous qui vivez entourés de champs, d’arbres ou de jardins, usez de clémence et de compréhension pour nous qui vivons en nombre dans les grandes villes.
 
Se faire une terrasse… Être assise dehors, se faire servir, regarder les autres passer, saisir des bribes de conversation des tables voisines. Être dehors, même s’il fait froid, même s’il pleut, être ensemble surtout. Sortir pour être avec les autres. La preuve par le manque : les autres nous ont rudement manqué, parfois dramatiquement.
 
Pour ma part, il m’est demandé encore un peu de patience : pour bien préparer mon retour vers vous, il me faut encore rester quelque temps dans ma grotte… les rencontres seront belles, j’en suis certaine.
 
 
PS : J’ai été très touchée par vos belles et intenses réponses à la lettre du mois dernier. Je suis confuse de ne pas encore vous avoir répondu : mais je vais le faire !
 

 

Photo Camille Wodling

Photo Camille Wodling

◊  ◊  ◊

 

PLAISIRS et INSPIRATIONS

Lita Cabellut
 « Je suis très heureuse d’avoir eu une vie comme la mienne » …. Elle a grandi dans les orphelinats de Barcelone.
Quelle force !
Une grande artiste qui a rendu hommage à une autre grande Frida Kahlo
 
 

JE LIS PARCE QUE J’ÉCRIS
(un peu moins en ce moment, je me demande bien pourquoi…)
 
Et du coup je n’arrive à lire que Lisa Gardner (Le livre de poche) et j’ai entamé une série policière avec elle :
Jusqu’à ce que la mort nous sépare
Chasse à la femme / Protection / Serial Killer / Policier +
Lumière noire
Séquestration / Pervers / Routier / Cercueil de bois / Glaçant / Policier ++++
À même la peau
Sans douleur / Lambeaux de peau / Filiation maléfique / Sœurs / Policier ++++
 
 


FÉMINISME
 
Ce mois-ci juste ça :

Une femme qui allaite est giflée par une autre femme, encouragée par une autre femme.
Désespérée je suis ! Vraiment.
A l’heure où j’écris ces lignes, 44 féminicides ont été perpétrés depuis le début de l’année.
Et des femmes en agressent d’autres, dans la rue, elles se sentent dans leur droit de gifler la mère qui nourrit son enfant.
« Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées. » (Molière – Tartuffe Acte III scène 2)
Malys a porté plainte.
Une nuée de femmes la soutienne : elles se photographient en train d’allaiter dans l’espace public et diffusent ces images.
Ouf, l’honneur est sauf !
Vraiment ?

 

RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !
C’est encore sur Arte TV !

Une série sur les femmes artistes. J’aime découvrir ces belles personnalités : parfois leur univers est complexe, mais c’est toujours inspirant. Lorsqu’elles s’expriment sur leur processus de création, elles ouvrent de belles perspectives et j’ai le sentiment d’avancer grâce à elles. Sans doute parce que ce sont des femmes liées à des matières, à leur matière…

 Berlinde de Bruyckere 
Ursula von Rydingsvard
 
 

CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES
Une terrasse ?
 


ET SINON, LE BOULOT ?

Le festival d’Avignon est annoncé. Et ça se prépare sur les chapeaux de roues !
 
Avec quatre capsules vidéo. Et juste pour vous, en primeur, parce que vous vous arrivez au bout de cette lettre tous les mois, la première
Réalisée avec beaucoup de talent par Sophie Chaffaut (une belle rencontre !) et évidemment accompagnée par François Jenny (une rencontre de tous les jours...)
 
Avec une campagne de dons
 
 Et avec de magnifiques photos de Camille Wodling (une autre belle rencontre !)

 

Photo Camille Wodling

Photo Camille Wodling

A très vite donc !
Corinne



 
Générique :
#festivalAvignon21
#LitaCabellut
#FridaKahlo
#LisaGardner
#IWantToBreastFree
#soutienamaylis
#BerlindedeBruyckere 
#UrsulavonRydingsvard
#SophieChaffaut
#FrançoisJenny
#CamilleWodling


 

Lire la suite

Mis à part le retour des martinets, il se passe quoi ? 🙎💬

30 Avril 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Collages, #Corinne Merle, #Inspiratrices, #Lettre du dernier jour du mois

Vous vous souvenez peut-être de l’ode à l’incertitude que je livrais il y a peu. Et bien je peux vous dire que l’incertitude poussée à son extrême commence de façon certaine à me fatiguer, voire à me mettre en colère.

Heureusement, j’ai rendez-vous avec vous tous les mois… ça au moins c’est sûr. À moins de décider d’arrêter de venir toquer dans votre boîte mail le dernier jour de chaque mois. Donc, je vous écris, ensuite vous lisez, ou pas. Ce que vous décidez n’est pas de mon ressort.

L’autre chose dont je suis certaine, c’est que ma pratique de yoga me sauve la vie, tant physiquement que mentalement : les rituels tibétains tous les jours, 3 fois par semaine ma pratique en ligne. NAMASTÉ !

 

Il n’y a que là-dessus que je peux faire quelque chose.

Le reste n’existe pas.

À part le retour des martinets…

 

◊  ◊  ◊

Mis à part le retour des martinets, il se passe quoi ? 🙎💬

PLAISIRS et INSPIRATIONS

 
Donc pas facile de trouver de quoi s’inspirer en ce moment…
C’est peut-être le moment de faire un retour en arrière dans les Années folles, de Harlem à Moscou, de Montparnasse aux cabarets berlinois, et rêver de Coco Chanel, Joséphine Baker, Lee Miller…

Ou mieux…
Revoir Emma Peel et chanter avec The Avengers « Short Skirt, Long Jacket »
 

Et encore mieux : mon coup de cœur  Laughing Seabird
« Une voix empreinte de douceur, une guitare encourageante aux accents hispaniques, une batterie solide et des cordes rassurantes, c’est ce qu’il fallait pour raconter que Vivre est un chemin sans retour, car une fois qu’on a dit ça !... Il ne s’agit pas d’en faire tout un plat, mais de s’engager. De tes pas naît une route alors go, go, go, il ne faut rien, tu ne dois rien, mais puisses-tu cultiver ce que tu es, provoquer cette chance simple et sublime : te passionner même sobrement, et en éprouver de la joie. On ne sera jamais invincible, mais on peut devenir indivisible, unifié. »
Wouahhhhhh !!!!
VIVRE (No Way Back) 


 
 
JE LIS PARCE QUE J’ÉCRIS
(heureusement qu’il y a des livres surtout en ce temps de pandémie…)
 
Betty Tiffany Mc Daniel (Gallmeister)
Père – Fille / Soeurs / Nature / Viols / Écriture / Métisse / Racisme / Ohio USA / CLAQUE !!! +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
La Fracture Nina Allan (10/18)
Sœurs / Disparition / Aliens / Monde // / Je me perds dans la fracture ….
Autopsie d’un crime Sarah Vaughan (Préludes)
Mères / Post partum / Déprime / Infanticide +++++++++
Les choses humaines Karine Tuil (Folio)
Monde médiatique / Viol du fils / Procès ++++
Les mouflettes d’Atropos (Folio) Une femme avec personne dedans (Points) Chloé Delaume
Livres pas terminés : je n’y arrive pas, et pourtant j’essaie, mais logorrhée…au secours !!!
Famille parfaite Lisa Gardner (Le livre de poche)
Enlèvement / Otages / Prison / Famille / Secrets / Policier parfait ++++

 

FÉMINISME
 
En 2021, oui, oui.
 
ET chez des jeunes personnes :

« Pour la plupart des couples, la répartition des tâches est une source permanente de conflit. Pourtant, les femmes estiment que c'est une question trop futile pour quitter leur partenaire, malgré la détresse existante. »
 
En 2021, oui, oui. (bis)
 
ET chez les autres, plus vieux,

La violence symbolique n'est pas sans conséquence sur la manière dont les femmes ressentent les symptômes liés à la ménopause.
« Le plus souvent, les arguments d'ordre biologique viennent à la rescousse de l'ordre social. Les constructions culturelles qui entourent la ménopause détournent les hommes de l'idée de leur propre déclin. In fine, cette image de la fin du cycle ovarien comme marquant la finalité de l'existence sociale des femmes permet aux mécanismes de la domination masculine de se déployer en toute quiétude
 


 
RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !

Ce n’est pas parce que nous sommes nées la même année, ni parce que nous portons le même prénom… mais je l’aime.
Elle me touche, elle m’émeut, elle me fait rire, je me reconnais dans ses colères.
Elle m’a bouleversé dans un court-métrage : « Je les aime tous »
Je suis toujours intéressée par sa Capitaine Marleau en dépit des faiblesses de la série.
J’ai trouvé sa mise à nue percutante aux Césars : je n’ai été choquée ni par son corps de femme de 57 ans, ni par un S qui lui manquait dans le dos. En revanche, les réactions violentes qu’elle a reçues m’ont mise en colère. Très en colère !
 
J’ai donc été heureuse de découvrir son magnifique portrait :
« Corinne Masiero hors cadre »
 
 Corinne je t’aime, ne change rien. Vraiment rien !!!!!
 
  


CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES

« Quand je demande à ceux que je rencontre de me parler d'eux-mêmes, je suis souvent attristée par la pauvreté de ma moisson.
On me répond : je suis médecin, je suis comptable... j'ajoute doucement : vous me comprenez mal.
Je ne veux pas savoir quel rôle vous est confié cette saison au théâtre mais qui vous êtes, ce qui vous habite, vous réjouit, vous saisit ?
Beaucoup persistent à ne pas me comprendre, habitués qu'ils sont à ne pas attribuer d'importance à la vie qui bouge doucement en eux.
On me dit : je suis médecin ou comptable mais rarement : ce matin, quand j'allais pour écarter le rideau, je n'ai plus reconnu ma main... ou encore : je suis redescendu tout à l'heure reprendre dans la poubelle les vieilles pantoufles que j'y avais jetées la veille ; je crois que je les aime encore... ou je ne sais quoi de saugrenu, d'insensé, de vrai, de chaud comme un pain chaud que les enfants rapportent en courant du boulanger.
Qui sait encore que la vie est une petite musique presque imperceptible qui va casser, se lasser, cesser si on ne se penche pas vers elle ?
Les choses que nos contemporains semblent juger importantes déterminent l'exact périmètre de l'insignifiance : les actualités, les prix, les cours de la Bourse, les modes, le bruit de la fureur, les vanités individuelles.
Je ne veux savoir des êtres que je rencontre ni l'âge, ni le métier, ni la situation familiale ; j'ose prétendre que tout cela m'est clair à la seule manière dont ils ont ôté leur manteau.
Ce que je veux savoir, c'est de quelle façon ils ont survécu au désespoir d'être séparé de l'Un par leur naissance, de quelle façon ils comblent le vide entre les grands rendez-vous de l'enfance, de la vieillesse et de la mort, et comment ils supportent de n'être pas tout sur cette terre.
Je ne veux pas les entendre parler de cette part convenue de la réalité, toujours la même, le petit monde interlope et mafieux : ce qu'une époque fait miroiter du ciel dans la flaque graisseuse de ses conventions !
Je veux savoir ce qu'ils perçoivent de l'immensité qui bruit autour d'eux.
Et j'ai souvent peur du refus féroce qui règne aujourd'hui, à sortir du périmètre assigné, à honorer l'immensité du monde créé. Mais ce dont j'ai plus peur encore, c'est de ne pas assez aimer, de ne pas assez contaminer de ma passion de vivre ceux que je rencontre... »
Christiane Singer
(Lettre à un ami, Les sept nuits de la Reine - Albin-Michel 2002)
 

ET SINON, LE BOULOT ?

On a donc décidé de faire quelque chose qui ne dépend que de nous : des capsules vidéo du spectacles… à suivre donc.
 
Sinon, c’est toujours le grand flou quant au Festival d’Avignon mais nous nous préparons courageusement …
 
Douceur et courage camarades…
Amitiés aussi !
 
Corinne



Générique :
@Coco Chanel
@Joséphine Baker
@Lee Miller
@Tiffany Mc Daniel
@Nina Allan
@Sarah Vaughan
@Chloé Delaume
@Lisa Gardner
@Corinne Masiero
@Christiane Singer
@Emma Peel
@Laughing Seabird

Lire la suite

Un mois sans cette journée si particulière…💔

31 Mars 2021 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #CoMe Prod, #FFI, #Inspiratrices

La lettre du dernier jour du mois #27

MARS

C’est la première fois, depuis que COME PROD a été créée, que je ne fais rien le 8 mars…

Depuis que le théâtre m’est revenu, j’ai toujours fabriqué quelque chose pour cette date.
Soit en accompagnant les créations des camarades, Sophie Accaoui et Sylvie Gravagna notamment, soit en inventant le Festival Féminin Itinérant, soit en jouant un de mes spectacles.
 
Évidemment, j’aurais pu aller à une manif mais j’ai préféré humer les arbres en fleur. Privée de scène, j’ai préféré profiter de ma petite famille parisienne (Strike le chien était avec nous ! ) pendant les quelques heures autorisées de ce confinement sans fin .
 
En fait, ce 8 mars, j’étais en vacances de féminisme : j’ai fait du yoga, lu un policier (écrit par une femme mais ça n’a rien à voir), travailler sur un dossier, et essayé de trouver pourquoi ma putain de caméra ne se connecte pas à zoom (il y avait longtemps que je ne vous avais parlé de mes problèmes techniques, je suis certaine que cela vous manquait !)
 
Ce que j’aurai aimé ce 8 mars, et tous les autres jours de la semaine, c’est que toi l’ami, tu arrêtes de me faire des blagues sur « mon féminisme » en m’envoyant cette réflexion, ou ce dessin : « oh, mais c’était pour rire, tu as perdu ton humour ! »

Ce que j’aurai aimé ce 8 mars, et tous les autres jours de la semaine, c’est que toi l’ami, tu te taises et que tu écoutes ce que les femmes disent.

Ce que j’aurai aimé ce 8 mars, et tous les autres jours de la semaine, c’est que toi l’ami, tu l’ouvres, si dans la rue, tu vois une femme en mauvaise posture, même si tes congénères trouvent cela très drôle. Tiens, tu peux même l’ouvrir en réunion, pour couper ton collègue qui monopolise la parole et la donner à son assistante qui sait sûrement mieux où en est le dossier.

Et puis ce que j’aurai aimé ce mois de mars tout particulièrement, c’est que toi le jeune homme assis en face de moi à qui je présente mon spectacle, ne me juge pas…« agressive » !  Oui, cela m’aurait bien reposée, que toi qui te disais allié, ami donc, ne me colle pas cette image.
Bon on va dire que tu as eu cette mauvaise impression à cause de notre rendez-vous masqué, et parce que mon regard bleu est…bleu.
 
 

Surtout, ne changez rien !

Surtout, ne changez rien !



PS : Je ne m’attendais pas à ce que ma lettre animalière vous inspire autant…
 



◊  ◊  ◊

 

PLAISIRS et INSPIRATIONS
Bintou Dembélé, première femme noire à avoir chorégraphié un ballet à l’opéra de Paris en trois cent cinquante ans


 
JE LIS PARCE QUE J’ÉCRIS
(heureusement qu’il y a des livres surtout en ce temps de pandémie…)
 
La vengeance m’appartient Marie Ndiaye (Gallimard)
Bordeaux / Infanticide / Avocate / Secret / Recherche de noms / Brouillard / Perte - - -
Déçue, un livre confus et vain.
Femmes sur la plage Tove Alsterdal (Babel Noir)
Enquête d’une femme de théâtre / Disparition / Esclavage moderne / Amour +++++++
Décidemment les autrices suédoises ouvrent de belles perspectives. Je n’ai pas lâché le livre... je veux tout lire d’elle
Le lambeau Philippe Lançon (Babelio)
Attentat / Charlie Hebdo / Deuil / Amour / Littérature / Reconstruction / Hôpitaux +++
Un des livres que j’ai mis le plus longtemps à lire
Titus n’aimait pas Bérénice Nathalie Azoulai (Pol)
Vie de Racine / Roi Soleil / Comédiennes / Scolaire / Tragédie - - - - - - - - - - - - - prétentieux
Le génie Lesbien Alice Coffin (Grasset) +++
Féminisme / La Barbe / Lesbienne / Artiviste / Journaliste / Communauté
Très, très inspirant !
Bondrée Andrée A. Michaud (Rivage noir) ++++++++
Policier / Nature / Frontière / Langues /
Une réelle rencontre avec une écriture  : je veux tout lire d’elle (bis)
Présentation par l’autrice

 

FÉMINISME
 
J’en suis tombé de ma chaise : en une, Libération publie la lettre d’un violeur. Puis, la nausée est montée quand je les ai entendus se justifier…
Valérie Rey-Robert argumente et c’est tellement juste.

 
État des lieux planétaire de la condition féminine, de l’Arabie Saoudite, où les femmes ont obtenu de récentes libertés, à l’Afghanistan où le retour des talibans menace les fragiles progrès de la scolarisation des filles, en passant par les États qui, en Europe comme aux États-Unis, font régresser le droit à l’IVG.

 
Où l’on apprend comment des militants voulaient faire entrer la pédophilie dans les mœurs.


Article super intéressant : prendre en compte le sexe et le genre pour mieux soigner est un enjeu de santé publique.
Par exemple : une femme victime de maladie cardiovasculaire est susceptible d'être d'abord traitée par anxiolytiques...


 
RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !
 
 
Nawal el-Saadawi, la grande féministe égyptienne s’est éteinte.
Elle écrivait : « J’ai écrit des articles qui encensent la liberté et j’ai des penchants philosophiques. Mais mon crime le plus grand est d’être une femme libre à une époque où l’on ne tolère que les esclaves. Je suis née avec un cerveau qui pense à une époque où l’on cherche à tuer la raison. »

 

Nawal el-Saadawi

Nawal el-Saadawi

L’idée que les femmes ont été passives et ne se sont réveillées qu’au XXème siècle est fausse!

Louise Michel, la porte-étendard
Nathalie Le Mel, la révolutionnaire : “ C’est encore une nouveauté presque bizarre que de revendiquer la justice pour la femme, (…) privée de toute initiative, de tout essor, livrée, soit aux dépravations de l’oisiveté, soit à celle de la misère, et partout soumise aux effets démoralisants du honteux mélange de la dépendance et de l’amour…”
André Léo, la plume
Paule Minck, l’oratrice
Elisabeth Dmitrieff, la marxiste
 
Si ces 5 femmes et militantes appartenaient à l’élite, avaient eu accès à l’instruction et ont inscrit leurs noms dans l’histoire -rendant leur mémoires plus aisée-, n’oublions pas que la grande majorité des communardes étaient de simples ouvrières travaillant dans des métiers liés au textile, dont on retrouve les noms dans les archives de la police : notons Elodie Duvert, restauratrice, qui défendit les barricades, Marie Rogissart, couturière, qui organisa les femmes pour arrêter les réfractaires à la Commune, Marceline Leloup, couturière, qui représenta le 11ème arrondissement au Comité central de l’Union des Femmes, Sophie Poirier, couturière et présidente du Comité de vigilance de Montmartre, Blanche Lefèvre, blanchisseuse, qui fut tuée sur une barricade, Aline Jacquier, brocheuse, qui milita pour constituer des chambres syndicales chez les ouvrières, Eulalie Papavoine, couturière, ou Marie Limonier, apprêteuse, qui servirent comme ambulancières sur les champs de bataille, et tant d’autres.
 


CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES

Camille - Allez Allez Allez

 
 
 
ET SINON, LE BOULOT ?

Notre AG s’est bien passée, les comptes validés : tout est place pour la suite…
 
 

 
Générique :
#Sophie Accaoui
#Sylvie Gravagna
#Bintou Dembélé
#Marie Ndiaye
#Tove Alsterdal
#Philippe Lançon
#Nathalie Azoulai
#Alice Coffin
#Andrée A. Michaud
#Valérie Rey-Robert
#NawalElSaadaw
#Louise Michel
#André Léo
#Paule Minck
#Elisabeth Dmitrieff
#Elodie Duvert
#Marie Rogissart
#Marceline Leloup
#Sophie Poirier
#Blanche Lefèvre
#Aline Jacquier
#Eulalie Papavoine
#Marie Limonier

Lire la suite

Toi qui....💌💌💌

31 Décembre 2020 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Collages, #Corinne Merle, #Lettre du dernier jour du mois, #Inspiratrices

 

 

La lettre du dernier jour du mois #24

DÉCEMBRE 2020

Ce dimanche j’ai décidé de ne pas sortir : le chauffage monté, la dose de cannelle dans mon thé augmentée, je me suis recouchée. Dehors le vent souffle, les volets claquent, des objets tombent des fenêtres. J’ai presque l’impression de vivre une tempête à bord d’un bateau. Le tangage en moins. Je ne suis pas ivre à l’heure du thé !

 
La fin de l’année, l’heure des bilans pffff …. je n’ai pas envie de me plonger dans cette année blanche, où noire.
En revanche c’est avec un grand plaisir que je vous écris : cette lettre du dernier jour du mois est mon rendez-vous privilégié avec vous.
La tempête a beau s’intensifier, je suis connectée à vous. Ce lien riche et intense depuis … 2 années ! Merci à vous, vous tellement multiple que j’ai envie de vous dire tu.
 
Toi qui survoles avec légèreté ces lignes
Toi qui parfois n’ouvres pas ces lettres
Toi qui me réponds quand tu n’es pas d’accord
Toi que je mets en colère
Toi qui me redécouvres
Toi qui apprends à me connaître
Toi que la pudeur empêche de répondre
Toi que j’agace
Toi qui m’aimes
Toi qui me réponds tous les mois
Toi qui m’apprends
Toi qui m’attends
Toi que j’espère
Toi bien sûr mon premier lecteur si précieux
Toi ma lectrice tellement encourageante
Toi qui…
 
Je t’embrasse.

◊  ◊  ◊

 

PLAISIRS et INSPIRATIONS

Colette Magny, tellement oubliée qu’on est obligé de la comparer à une Léo Ferré au féminin…

Dans le but de donner plus de visibilité aux femmes dans le monde de la musique, l’association “DONNE – Women in music” a créé une base de données regroupant plus de 5 000 autrices-compositrices, de toutes époques et de toutes origines. Un très bon début, mais la liste reste à compléter.

Et ici c'est pour les artistes dans le milieu de l'art. Margaux Brugvin dresse un portrait par semaine d'une artiste. J'ai découvert une lionne Zanele Muholi

La joie est toujours à deux pas... prends patience...



FÉMINISME

 

Au cas où il faille encore l’affirmer : remplacer « droits de l'homme » par « droits humains » n'est pas un débat anecdotique.
 

Et de quoi se réjouir :

Les hommages à Maradona dénoncés.

La maison des Babayagas : vivre libres et vieilles


 
 
RENDONS À CLÉOPATRE CE QUI EST À …CLÉOPATRE !


 L’écoféminisme de Françoise d’Eaubonne : une pensée de gauche escamotée ?

 
 
CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES
 
Enfin c’est Alexandra Mignien qui le dit et je trouve cela très juste, et libérateur de le dire :
« Non, ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas nécessairement plus fort ».
Alexandra Mignien critique la “fétichisation des malheurs et des traumatismes” dans son court métrage impeccable.
 
Les remèdes à la mélancolie d'Anne Sylvestre, si ce n'est pas contre le monde de brutes ça : "on a pas besoin de remède à la mélancolie, elle est nécessaire ! "  Et lâchez-moi... un autre remède...

 



 
ET SINON, LE BOULOT ?
 

L’année 2020 a été éprouvante pour tous. Malgré les difficultés et les impacts sur notre activité, nous gardons l’espoir que 2021 sera porteuse de bonnes nouvelles. J’espère vous annoncer bientôt le direct de Virginie D. :  nous attendons une super caméra…

Plus encore que les années passées, nous comptons sur vous : votre aide est essentielle pour nous aider à traverser cette crise et conserver les liens qui nous unissent ... tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt !

VIF ET IMMENSE MERCI À TOI...qui a déjà participé !


 
 
Bonne fin d’année ou bon début de l’autre…
 
Corinne

Peut-être la preuve que j'ai beaucoup, beaucoup pensé à toi !

Peut-être la preuve que j'ai beaucoup, beaucoup pensé à toi !

Lire la suite

Louise Bobin #JeLaLis ! 💥💥💥

3 Juin 2019 , Rédigé par corinnemerle.over-blog.com Publié dans #Comment Virginie D. a sauvé ma vie...., #Corinne Merle, #Inspiratrices, #Lettre du dernier jour du mois

Lettre du dernier jour du mois (ou presque...)

MAI  #5

 

Les rêves commencent à bien s’agiter. Ne vous inquiétez pas : je ne vais pas chaque mois vous faire le coup de vous les raconter ! Au fait merci pour vos chaleureux retours. Quant à vos questions concernant le rêve du mois d'avril :  
  • Pourquoi que des jeunes femmes ?
  • Et la santé, pourquoi ne pas mettre en premier plan la santé ?
  • Et pourquoi tu ne te lances pas en politique ?
Ma seule réponse : ce n’était qu’un rêve !
 
Et donc je vous disais qu’en ce moment les rêves sont bien vivants. Sans doute mon inconscient se rend-il compte que dans un mois aura lieu la grande transhumance avignonaise Off. Il ne me reste qu’un mois !
Soyons positif : il reste ENCORE un mois pour terminer mon spectacle et régler deux ou trois bricoles…

 
Bref, ça commence à bien s’agiter là-haut. Heureusement que j’ai mon yoga (qui me centre, me pose et m’ouvre de nouvelles perspectives), François Jenny (qui me centre, me pose et m’ouvre de nouvelles perspectives, et en plus qui cuisine rudement bien, nous allons nous régaler à Avignon) Barbara Wagner (qui a fait nos superbes visuels), et vous qui m’écrivez, me parlez, quand j’ai la chance de vous croiser.
Etre bien entourée, c’est primordial dans la vie en général, c’est encore plus vrai quand on est seule en scène. Car il peut arriver de traverser de longs et arides déserts et même le festival d’Avignon peut en être un, ou pas, (soyons positif, j’ai dit !).

Heureusement, seule en scène, je suis la patronne, que je suis très heureuse de jouer, de vivre tous ces personnages de femmes, et de parler en mon nom aussi.


PLAISIRS 

Bien envie de me faire plaisir en allant voir ce film, comme l'impression que Sibyl parle de nous... 

Et cet article bien réjouissant sur la bonne santé des célibataires 


FÉMINISME

Louise Bodin, je tourne autour de cette femme depuis quelques années.

Elle est inspirante, intrigante, libre et méconnue.
Je suis tombée sur un défi #JeLaLis et décide de le relever (c’est-à-dire que je ne suis pas suffisamment occupée en ce moment, alors hop, une nouvelle stimulation !)
 
Je ne sais où vont me conduire mes recherches, mais je commence par Wikipédia, c’est maigre.
 
 
Je trouve une peu plus de grains à moudre .
Et l’on me propose d’acheter l’article : « Retracer l'itinéraire de Louise Bodin consistera à montrer comment la guerre a suscité chez elle une prise de conscience et l'a obligée à s'engager en tant que journaliste dans un mouvement international : elle a écrit près de cinq cents articles dans La France, La Voix des femmes, L'Humanité, La Pensée bretonne, L'International… »
Pourquoi pas, plus tard…
 
C’est en fin sur le lien que je retrouve un peu la trace de Louise Bobin :  née le 23 mai 1877 à Paris, morte le 3 février 1929, à Rennes, à l'âge de 51 ans.
 

Si je retrouve ici sa trace c’est parce que l’extrait de l’article qui est à l’origine de mon coup de foudre pour Louise Bodin est cité.  Paru dans l’Humanité le 9 Août 1920 en réaction à la loi du 31 Juillet 1920 réprimant "la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle" :

« {…} le crime d’avortement n’était qu’un prétexte. Il n’est mis en premier lieu que pour faire impression. Mais il s’agit bien moins du crime d’avortement que de la propagande néo-malthusienne*.  
Comme il n’est pas un de ces messieurs aristocrates, grands bourgeois, mercantis des affaires ou de la presse qui ne la pratiquent conjugalement ou extra-conjugalement, cet article de loi ne peut viser ni atteindre la compagne de leurs plaisirs. Et c’est bien, en effet, la femme de l’ouvrier, la femme du peuple qu’on veut atteindre. Celle-là restera dans l’ignorance et dans l’impossibilité de limiter le nombre de ses enfants.
Les cabarets sont ouverts pour son homme, mais les cabinets médicaux lui sont fermés. Elle croupira dans des taudis sans air, sans lumière et sans eau : qu’importe, elle aura des gosses. Elle sera exténuée par les travaux de l’atelier, de la fabrique, du ménage : qu’importe, elle aura des gosses. Elle ira laver à la rivière des charges de linge à tomber sous le poids, elle montera à son sixième étage des seaux à lui arracher les bras : qu’importe, elle aura des gosses. Ils mourront tuberculeux, de syphilis héréditaire, dans leurs clapiers ou dans des hôpitaux infâmes : qu’importe, elle aura des gosses. On les tuera par millions, pour le Droit et la Civilisation, on les laissera pourrir au bagne s’ils se révoltent et s’ils deviennent conscients : qu’importe, elle aura des gosses. Si elle en perd six, elle en aura douze. Elle y crèvera : mais elle aura des gosses ! »

* C'est-à-dire de la limitation des naissances, les néo-malthusiens considèrent la limitation des naissances comme un droit et un devoir humain, un respect des ressources naturelles limités de la Terre.
 
 
Voilà j’avais rencontré une héroïne, une inspirante, une idéaliste qui touchait ma corde sensible. Et l’évidence que La bolchévique aux bijoux allait être une belle compagnonne de route. S’impose alors à moi l’évidence aussi qu’il me fallait la mettre en lumière, du mieux que je pouvais. Et je commence donc ce chemin en écrivant ces lignes : matrimoine quand tu nous tiens …
Oui matrimoine, car bien évidemment de génération en génération de femmes nous avons des héritages à nous transmettre.
 
Louise Bobin une femme à suivre…
 

CONTRE CE MONDE DE BRUT.ES

Vous ne saurez jamais

"Vous ne saurez jamais que votre âme voyage
Comme au fond de mon cœur un doux cœur adopté ;
Et que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âge,
N’empêcheront jamais que vous ayez été.

Que la beauté du monde a pris votre visage,
Vit de votre douceur, luit de votre clarté,
Et que ce lac pensif au fond du paysage
Me redit seulement votre sérénité.

Vous ne saurez jamais que j’emporte votre âme
Comme une lampe d’or qui m’éclaire en marchant ;
Qu’un peu de votre voix a passé dans mon chant.

Doux flambeau, vos rayons, doux brasier, votre flamme,
M’instruisent des sentiers que vous avez suivis,
Et vous vivez un peu puisque je vous survis."

Marguerite YOURCENAR



 
 ◊  ◊  ◊
 
 
ET SINON, LE BOULOT ?

Les répétitions avancent bien, bientôt la lumière !
Et grande nouvelle la billetterie d’Avignon est déjà ouverte

Encore un mois de préparation avant le grand saut !

[MECENAT PARTICIPATIF] 
[CROWFUNDING] 
[COLLECTE] 
déductible des impôts !
Immense MERCI à tous nos soutiens 
ET VOUS ?
Vous nous aidez à franchir le cap des 60% ?
Vous pouvez vous connecter ou envoyer vos chèques à l’ordre de COME PROD – 10, rue du Sergent Maginot – 75016 PARIS
 



 

 
 
 
 
Lire la suite
1 2 > >>